Noyées dans cette boue opaque et brune trois dépressions aspirent l’espace

Trois évasures 

Il faut creuser, comme en terre

Trois puits suintants et lourds où des éclats carminés semblent annoncer l’entrée

La lumière s’y engouffre

Dévorée aussitôt

L’épaisseur lourde occupe la surface

La chaleur est recouverte, nichée en dessous 

Riche

Sous cette aire empêtrée une figure sourdre

Aveuglée et muette 

Elle se compose 

Massive, mouvante, plaquée 

Elle s’immerge